Bonjour à vous qui pénétrez sur mon blog Mi-ange/Mi-démon. Tout d’abord, pour les personnes âgées de moins de 18 ans, merci de cliquer sur la petite croix rouge en haut à droite et BYE.

Bon maintenant que nous sommes entre adultes, je vous laisse découvrir ce blog. J’ai la chance de jouer dans le monde de la fessée, avec deux hommes, un que j’appelle « mon chenapan » et un autre qui est mon Educateur. Si j’ai fait ce blog, c’est pour vous faire partager la complicité que je vis avec l’un comme avec l’autre.

Vous trouverez donc des récits de l’éducation de mon chenapan, de mon éducation par mon Educateur, de fessées que j’ai reçues ou données avec d’autres personnes. Il y a aussi des récits tirés de mon imagination comme un long récit sur la vie au pensionnat, Aline et Thierry et d’autres.

J’ai essayé de classer cela par sujet et que j’alimenterai régulièrement. J’espère que vous vous y retrouverez et aurez plaisir à y revenir. Merci pour votre visite et n’oubliez pas les commentaires, cela fait toujours plaisir.

mardi 6 décembre 2016

Semaine d'immersion pour deux chenapans... les choses sérieuses commencent!!

Dimanche. Les choses sérieuses commencent pour moi (récit écrit par mon chenapan)

Pendant que Bruno se fait tirer les oreilles par Marie Charlotte, Madame me convoque dans sa chambre. Ca ne laisse présager rien de bon. Je me demande ce qu'elle me veut.
A l'heure convenue, je monte au premier. Frappe à la porte de sa chambre. Entre, chenapan, dit-elle. Madame est sur son lit. Assise. Je remarque tout de suite mon cahier de punitions ouvert sur le couvre-lit. Je ne fais pas le malin parce que la liste de mes bêtises (et donc des punitions)   est longue. La note va être salée. Madame inscrit tout, la moindre entorse au règlement, les oublis, les impolitesses,  Je reste debout, les mains au dos, n'ayant pas été invité à m'asseoir. Déshabille toi, m'ordonne t-elle. Je commence par retirer mes chaussures, puis le pull, ensuite le polo. Je plie mes vêtements avec soin. Le bermuda suit. Tout. Retire tout! Oui Madame. Je me déculotte. Gêné par son regard sur mon sexe qui commence à se raidir. D'un geste pudique cache mon entrejambe. Enlève ta main. Tu n'as rien caché à ta gouvernante. Pardon Madame' Me voici tout nu. Mains au dos. Sexe dressé.
Madame parcourt mon cahier de punitions. Tu vas aller chercher ta cage, ton rosebud et l'huile de massage. Bien Madame. Tout nu dans le couloir. Heureusement je ne croise personne, ni Marie Charlotte, ni Bruno qui ne manquerait pas de se moquer. De retour dans la chambre de Madame, je m'aperçois qu'elle a enfilé un gant médical à sa main droite. De l'autre, elle tient un tube de vaseline. J'ai parfaitement compris ce qui m'attend. C'est heureusement une punition rare. Je sais qu'elle figure dans mon cahier.
Tout a commencé un mois auparavant avec la liste de mon trousseau à apporter pour ce séjour. Madame avait donné la liste des vêtements à prévoir et les objets obligatoires à mettre dans ma valise. Elle avait rajouté à la liste un objet que je déteste plus que tout. Ca m'avait fait bondir, me faisant oublier le respect que je lui dois: La poire à lavement? Je pense qu'il s'agit d'une erreur. Pourquoi pas une couche-culotte! Et puis le plug gonflable, le fouet? Outrée par le ton employé, Madame avait répondu: Excellente idée.  Tu les rajoutes. Merci
A ce petit jeu là, je ne risquais pas de sortir gagnant. Pourtant ma fierté me rendant insolent, j'ai lâché avec imprudence: Pas question. La sanction ne s'est pas fait attendre: Tu as gagné la punition que tu adores: la gymnastique anale et si tu continues ce sera devant Nicole. Réfléchis bien avant de me répondre car tu sais de quoi je suis capable. Sur ce, elle avait raccroché après m'avoir ordonné d'inscrire la punition sur mon cahier. Ce que j'ai fait. Mais sur le moment, ma convocation était encore loin et je m'en fichais un peu. Mais le moment était arrivé. Une punition promise est une punition à faire. Quoi qu'il arrive.  Madame n'oublie jamais et ne revient jamais en arrière. Heureusement la sentence allait se dérouler dans le huis clos de sa chambre. Il allait en être ainsi tout le long du séjour, les punitions infligées dans le cadre de notre jeu à tous les deux, se dérouleraient en privé....sauf si Madame en décidait autrement. Car elle a tous les droits. Tu connais la position. Oui Madame. Me voici à quatre pattes. Elle me fait écarter les genoux. Puis mettre les épaules au sol. Cambrer les reins. Elle me donne de petites tapes sur les cuisses pour me faire obéir. J'imagine le spectacle indécent que je lui montre. Je me fais docile. Si je la contrarie, elle est capable de convier Marie Charlotte à mon humiliante exhibition.  Les fesses très écartées, j'attends que Madame m'étale une noisette de vaseline sur mon petit orifice qu'elle masse de ses doigts gantés. Elle m'assouplit le petit trou. L'index se plante en moi. J'ai honte. Puis la " gymnastique" commence. Madame mène la danse: Serre.  Plus fort... Décrispe... Mieux que ça... Pousse... Bien ouvert....tousse.... Serre... Plus fort.... Ouvert..... La bague élastique de mon anus se contracte et se relâche autour de l'index de ma Gouvernante. C'est affreusement humiliant. C'est la punition la plus honteuse que je connaisse. Quand elle estime que l'épreuve a suffisamment duré, elle retire son doigt et le remplace par le rosebud que je vais devoir garder jusqu'au soir.

Mais ce n'est pas terminé pour autant. Madame parcourt le cahier de punition et me rappelle que je suis condamné au port de la cage de chasteté, pour m'être caressé sans son autorisation. Il me faut donc sous son contrôle enserrer la bague de silicone à la base des testicules et y fixer la cage. L'étui pénien qui accueille mon sexe, l'oblige à rester décalotté et le contraint à s'incliner vers le bas. Je dois forcer un peu pour le maintenir en place car une semi érection le fait se redresser. Mon pénis se trouve très vite à l'étroit dans sa prison de silicone. Je me sens contraint, bridé et cela attise la sensation de soumission au plus intime de moi. Sensation renforcée par la présence du rosebud entre mes fesses. Le moment le plus fort de cette mise en cage est quand Madame referme le petit cadenas. Ce cliquetis qui marque son pouvoir qu'elle impose au plus intime de mon corps. Je suis autorisé à me rhabiller. Quand je lui demande combien de temps je vais garder la cage, elle répond, évasive et ironique: Je ne sais pas. Plusieurs jours peut être. Tout dépend de ton comportement. En vérité j'ai porté ma cage pendant trois jours. Jour et nuit. Sans interruption. C'est la première fois qu'une mise en cage aura duré si longtemps.


Pendant que je remets mes vêtements, Madame, elle, se déshabille. Elle se met à plat ventre sur son lit. Maintenant Chenapan, tu vas masser ta Gouvernante. Je laisse juste une petite lumière et mets une musique douce en sourdine. Je réchauffe entre mes mains le beurre de karité et commence de lents effleurages sur son dos. Sa peau est douce et chaude. Elle semble assoupie. Je m'applique à lui masser les cuisses et les fesses, puis mes mains remontent sur les épaules et la nuque. Ses tensions s'apaisent. Elle s'abandonne à la douceur du massage. Je n'oublie aucun endroit et insiste sur ses pieds car je sais qu'elle adore ça.  Mes doigts pétrissent, insistent sur les points de tensions. Je m'applique à la combler. A lui donner le plus de plaisir possible. C'est le privilège des Gouvernantes d'être massées et servies comme des princesses.

11 commentaires:

  1. Voilà... Encore un privilège que de se faire masser par son chenapan. Décidement la vie d'une domina a du bon.

    RépondreSupprimer
  2. Cette gouvernante fort sympathique a une excellente mémoire, est très attentionnée et ouverte au dialogue! Bref : la femme parfaite, quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu n'en doutais pas j'en suis sure mon cher Max!!

      Supprimer
  3. Elle a une mémoire de poisson rouge, mais elle marque tout. Elle a même informatisé le cahier de punition. Impossible de passer entre les mailles du filet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à l'aire de l'informatique, je suis à la page!!

      Supprimer
  4. Et bien ma foi il se passait de drôle de choses à l'étage !!!
    J'ai bien fait de ne pas m'y risquer :)

    RépondreSupprimer
  5. oh oui tu as eu raison!!! c'était il parait très honteux!!

    RépondreSupprimer
  6. super recit , je pense que bruno aurait bien besoin d'un tel traitement moua

    vg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un tel traitement ? mais mais je ne le mérite pas !
      Encore qu'il y a des petites punitions intéressantes

      Supprimer
    2. Tu te laisses dire que tu as une mémoire de poisson rouge ? :o

      Supprimer