Bonjour à vous qui pénétrez sur mon blog Mi-ange/Mi-démon. Tout d’abord, pour les personnes âgées de moins de 18 ans, merci de cliquer sur la petite croix rouge en haut à droite et BYE.

Bon maintenant que nous sommes entre adultes, je vous laisse découvrir ce blog. J’ai la chance de jouer dans le monde de la fessée, avec deux hommes, un que j’appelle « mon chenapan » et un autre qui est mon Educateur. Si j’ai fait ce blog, c’est pour vous faire partager la complicité que je vis avec l’un comme avec l’autre.

Vous trouverez donc des récits de l’éducation de mon chenapan, de mon éducation par mon Educateur, de fessées que j’ai reçues ou données avec d’autres personnes. Il y a aussi des récits tirés de mon imagination comme un long récit sur la vie au pensionnat, Aline et Thierry et d’autres.

J’ai essayé de classer cela par sujet et que j’alimenterai régulièrement. J’espère que vous vous y retrouverez et aurez plaisir à y revenir. Merci pour votre visite et n’oubliez pas les commentaires, cela fait toujours plaisir.

samedi 19 septembre 2015

La vie dans le pensionnat ... 16ème épisode


  • Voilà jeune homme, puisque vous ne savez pas vous tenir, je vous mets une culotte de chasteté. Elle maintient votre sexe et si vous avez une érection, ce sera douloureux pour vous, et là dans votre anus, votre rosebud est vibrant et j’ai la télécommande avec laquelle je ne vais pas me gêner de jouer. Votre sexe m’appartient dorénavant et vous allez apprendre à vous tenir correctement en présence de mes religieuses.

Elle le remet debout, lui retire le bâillon, lui ordonne de placer ses mains sur la tête, replace correctement la cage sur le sexe, qui a perdu de sa superbe, et à travers la cage, le décalotte. Elle fait les dernières vérifications, elle en profite pour le caresser. Elle vérifie aussi si la télécommande fonctionne, et en est convaincue quand elle le voit crisper la bouche quand son sexe durci un peu dans la cage.

  • Voilà vous êtes équipé et gare à vous, je serais impitoyable, j’en ai maté plus d’un et des plus rebelles que vous.
  • Oui ma mère.
  • Vous resterez ainsi jusqu’à demain soir, exposé aux récréations dehors au piquet.
  • Mais ma Mère, j’ai déjà été très sévèrement puni, dit le séminariste
  • Je peux être plus sévère, je continue ou je ne vous ai pas entendu ?
  • Non ma Mère, je n’ai rien dit
  • Parfait, allez vous mettre face à la salle et montrer comme vous êtes beau ainsi, lui dit-elle en lui claquant doucement les fesses et à l’oreille, elle rajoute : tu ne pourras pas te masturber tout à l’heure pour te soulager, maintenant ton plaisir ne dépend que de moi.

Notre séminariste est mort de honte, plus jamais il ne pourra regarder une religieuse dans les yeux. Mais une nuée de papillons virevoltent dans son ventre et il est agacé de savoir qu’il ne pourra pas se soulager. Quelle perverse cette mère sup alors.

Le père fait un signe à la sœur de venir s’allonger sur la table à son tour mais sur le dos. Il lui écarte les cuisses et pose un pied de chaque coté de la table. Il passe un doigt sur son sexe et il dit :

  • Dites ma mère, vous avez des petites vicieuses dans ce pensionnat, elle est trempée
  • Comment cela, dit la mère outrée, la fessée vous fait plaisir ma Sœur
  • Oh non ma Mère, je suis désolée.
  • Parfait, même traitement de faveur qu’à ce jeune homme, une culotte de chasteté pour vous empêcher de prendre du plaisir en solo. Je suis très contrariée par votre comportement ma Sœur.

La religieuse est aussi morte de honte de la position et de la tournure des évènements. Le père prend un objet qui est un œuf vibrant et le place dans le vagin, puis lui enfile une culotte de chasteté avec un renfort au niveau du clitoris. Il lui sera impossible de se caresser. Le père met l’œuf en route pour vérifier si tout fonctionne bien. La sœur émet des petits cris quand le père remet la télécommande à zéro.

  • Mais vous vous croyez où là petite vicieuse, je ne vais pas vous faire jouir alors que vous êtes punie. Allez debout, allez rejoindre votre camarade et je vous veux demain matin dans mon bureau pour votre toilette intime, et il en est de même pour vous jeune homme, la Mère s’occupera de vous.
  • Mes Sœurs, j’espère que vous avez compris l’importance de notre éducation ce soir, et que si l’une d’entre vous osait nous défier, elle connaitrait encore pire. Je vous laisse aller vous coucher et vous rappelle que vous devez aussi être épilées avant demain soir sinon le père se fera un plaisir de le faire lui-même.

Les sœurs se dirigent vers la porte. Le père et la mère renvoient aussi les deux punies et se retrouvent seuls (le croient en tout cas).

  • Quelle merveilleuse soirée ma mère que tu m’as offert là, viens ici que je te remercie
  • Mais de rien mon père, ce fut un grand plaisir, et merci d’avoir emmené ton petit jeunot, cela faisait longtemps que je n’avais pas fessé un homme, un pur régal.

Le père prend la mère dans ses bras, puis la penche sur la table de punition et lui soulève ses jupons. Il lui écarte les cuisses, et baisse sa culotte.

  • Alors comme cela on était contente de fesser un petit jeunot ? et cela vous fait quoi comme effet ma Mère, dit le Père
  • Oh mon père, je me confesse, j’ai des nuées de papillons dans le bas-ventre et je sens une certaine humidité dans ma culotte
  • Comment, dit le père outré, vous mouillez ma Mère ?? mais c’est très honteux cela, je vais vérifier vos dires et gare à vous si cela est exact.

Le père passe la main entre ses cuisses et passe un doigt puis deux dans le vagin de la mère sup.

  • Bravo ma Mère, quelle honte et quel mauvais exemple, vous méritez une bien sévère punition, allez vous installer sur le banc à fessées et je vais chercher mon matériel pour vous punir.

La mère s’empresse de s’installer, les fesses bien en l’air. Le père s’approche et caresse longuement ses fesses en passant régulièrement du clitoris à l’anus puis aux fesses. Il enfonce deux doigts dans le vagin et le pouce dans l’anus et de sa main libre, il commence à la fesser, d’un coté puis de l’autre puis une dizaine de claques d’un coté et il change. La mère laisse échapper des cris sans retenue. La fessée dure longtemps, longtemps, jusqu’à ce que la mère se laisse aller à un orgasme magnifique. Elle est épuisée, le père l’aide à se relever et lui montre la culotte de chasteté :

  • Allez ma belle, à toi de la mettre, je te veux entièrement à moi le temps de mon séjour.
  • Ah non pas cela, tu sais que je n’aime pas, s’indigne la mère
  • Allez c’est moi qui commande, tu la mets et puisque tu as rouspété, tu auras le droit à l’œuf et au rosebud, allez tourne toi, je sais que tu vas adorer. Ensuite tu t’occuperas de moi et si tu es bien sage, tu auras le droit à une gâterie.

La mère s’allonge sur la table, le père enfonce l’œuf sans difficulté ainsi que le rosebud. Puis elle passe les jambes dans sa culotte. Elle se tortille pour bien l’ajuster. Le père fait fonctionner l’œuf et la mère lâche un petit cri. Il lui fait remarquer que si elle fait cela en présence de ces élèves, elle va avoir des ennuis.

  • Tu ne t’amuses pas à ce petit jeu mon père, c’est entre nous
  • Je fais ce qu’il me plait ma belle, il te faut un peu de recadrage aussi à toi je trouve, dit-il d’un ton très sévère en la retournant et lui claquant bien fort les fesses et en mettant la vibration de l’œuf.
  • C’est bon, j’ai compris, arrête stp.
  • J’arrête quand je veux et là tu mérites un 2ème orgasme, alors laisse toi aller et tu vas aimer.

Notre mère accepte sa punition et se soumet à Educateur qui lui attrape les seins sous la robe et pince les tétons. La mère part dans un orgasme violent en criant.

Elle récupère et rouvre les yeux, elle aperçoit un scintillement dans le plafond de la salle et en fait part au père.

  • Tu vois là haut, on dirait qu’il y a un trou ?
  • Mais non lui dit-il après avoir bien regardé, ce n’est rien, surement un reflex de ma montre.
  • Ne restons pas là stp, j’ai une intuition désagréable, avec ses 5 chipies que nous avons, je m’attends à tout !!
  • Oui c‘est vrai qu’elles sont terribles, mais la Hélène, je l’ai mise dans ma poche, elle a beaucoup apprécié la fessée et son orgasme sous la douche. J’en ai encore deux à reprendre sévèrement, elle te regarde droit dans les yeux avec beaucoup d’insolence.
  • Ah bon lesquelles ? demande la mère
  • Lilou et Chipinette, pour Lilou, je sais comment la piéger mais l’autre, elle est perverse, elle sait te faire les yeux doux et jouer l’innocente.
  • Oui c’est vrai, mais elle a déjà été bien punie lors d’une séance ici, elle a été courageuse. Tu auras du mal à la ramener dans le droit chemin.
  • T’inquiète pas, j’en fais mon affaire, allez rentrons, tu as encore du travail ma belle
  • Oh oui et ce sera avec grand plaisir.

Le père et la mère sortent et tout occupés à leurs petits jeux sexuels, ils oublient de fermer la porte du donjon. Et heureusement car nos 5 demoiselles auraient été bien embêtées sinon.

 

14 commentaires:

  1. je suis toute émoustillée lol hummmm tres euh excitant ma Sunny :)

    RépondreSupprimer
  2. Dominus vobiscum et cum spiritu tuo... Amen...

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Le Seigneur soit avec vous ... et avec ton esprit. Amène-toi!

      Supprimer
    2. non non Max, c'est amen tout court, pas amène toi!! j'ai étudié le latin et amène toi c'est : introduxerit te

      Il y a des fesses qui vont rougir!!

      Supprimer
  4. Introduxerit te... super genua mea, alors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et toi sur les miens surtout!! et toc!! alors????

      Supprimer
    2. Je crois que je vais t"embaucher comme professeur de latin dans mon Institut: tu as passé les tests avec brio !

      Supprimer
    3. et tu fesses les profs de latin??? surtout quand elles font appel à traduction de Google???

      Supprimer
    4. Je suis très exigeant et très vigilant en ce qui concerne le corps enseignant!

      Supprimer
    5. ... comme je suis vigilant sur la régularité des publications des épisodes de "La vie dans le pensionnat" ;)

      Supprimer