Bonjour à vous qui pénétrez sur mon blog Mi-ange/Mi-démon. Tout d’abord, pour les personnes âgées de moins de 18 ans, merci de cliquer sur la petite croix rouge en haut à droite et BYE.

Bon maintenant que nous sommes entre adultes, je vous laisse découvrir ce blog. J’ai la chance de jouer dans le monde de la fessée, avec deux hommes, un que j’appelle « mon chenapan » et un autre qui est mon Educateur. Si j’ai fait ce blog, c’est pour vous faire partager la complicité que je vis avec l’un comme avec l’autre.

Vous trouverez donc des récits de l’éducation de mon chenapan, de mon éducation par mon Educateur, de fessées que j’ai reçues ou données avec d’autres personnes. Il y a aussi des récits tirés de mon imagination comme un long récit sur la vie au pensionnat, Aline et Thierry et d’autres.

J’ai essayé de classer cela par sujet et que j’alimenterai régulièrement. J’espère que vous vous y retrouverez et aurez plaisir à y revenir. Merci pour votre visite et n’oubliez pas les commentaires, cela fait toujours plaisir.

jeudi 1 août 2013

La fessée d'accueil... Mars 2012... version Chipinette


Et voilà je suis dans le train en direction de nouveau vers chez Educateur pour un second séjour d’immersion, j’ai été convoquée pour mes insolences, effronteries à répétition et j’en passe. Il espère que ce 2ème séjour va me rendre plus obéissante. La suite de mon séjour nous le dira.


Arrivée en fin d’après-midi, Educateur est venu me chercher à la gare et nous nous sommes dirigés chez lui, discutions, papotages sont de mises, il me raconte son weekend, moi le mien ainsi que mon voyage en train. Il me fait gouter son petit apéritif maison, très bon puis nous mangeons. Après le repas, Educateur me rappelle la raison de mon séjour et surtout mon insolence caractérisée à son encontre sur PPM en faisant croire à tout le monde qu’il me mange dans la main, cela le discréditant aux yeux de la communauté des fesseurs. Je lui répète que c’était pour le taquiner mais rien n’y fait, il me rappelle la punition qu’il a annoncé sur PPM et que j’allais donc la recevoir en guise de bienvenue. Gloupsss moi qui pensais qu’il avait oublié, c’est raté! Il me dit que nous allons dans la chambre où je vais dormir cette nuit, ainsi j’y penserai toute la nuit. Bon il ne faut pas abuser, moi la nuit je dors !!
Je n’ose pas dire grand-chose, je sais que mes fesses font chauffer et rougir, je ne tiens pas à aggraver mon cas ! Et il est vrai que je suis assez stressée. Educateur m’avait prévenu qu’il durcirait les punitions et pleins de questions s’interposent dans ma tête, serais-je à la hauteur, supporterai-je les fessées inscrites dans mon cahier et que j’avais amplement mérité, je le sais. Educateur est très respectueux, et je sais qu’il y a un mot de passe au cas où mais dans ma tête, trop de questions. Il m’attrape par la main et commence à m’expliquer le pourquoi du comment, que j’ai mérité cette fessée et toutes celles sur mon cahier, qu’il est juste et n’en rajoutera pas pour le plaisir.
Il sent que je suis un peu angoissée, me rappelle le mot de passe. Puis tire sur ma main pour me mettre sur ses genoux. Il parle, parle, parle, tout s’embrouille dans ma tête, me rappelle beaucoup de choses et les premières claques tombent sur le pantalon, elles chauffent très vite, qu’est ce que cela va être quand je n’aurais plus de protection. Là il m’ordonne d’aller au coin contre le mur, les mains sur la tête et de ne plus bouger. Il passe derrière moi et me déboutonne mon pantalon, suite à un mouvement pour le retenir, je prends immédiatement une claque sur les cuisses, le ton a effectivement durci, Educateur n’est pas content de mon comportement.
Il me le retire pour éviter que je tombe ensuite. Après un petit moment passé au coin, je reviens sur ses genoux. La fessée reprend de plus belle, beaucoup de claques mais peu de caresses pour reposer mes fesses. Il veut me signifier dès le début que c’est lui qui décide et pas moi.
 
Le message est passé pour le temps qui me reste de cette fessée, je sens une bouffée d’angoisse montée. Je n’en comprends pas l’origine, le stress surement mais bon j’essaie de gérer ce petit souci d’intendance. Je me remets debout au coin et là ma culotte descend doucement. Il sait que je préfère que ce soit lui qui le fasse. Nos longues discussions et nos jeux nous ont permis de commencer à bien nous connaitre, ce qui est très important. Je me retrouve de nouveau sur ses genoux, et tous les commentaires qu’il me fait, me font avoir des petits papillons dans le creux du ventre.
Il m’explique que la fin de mon insolence à sonner, qu’il va me reprendre en main sérieusement pendant ses 5 jours, et qu’il espère que j’ai bien honte de montrer ainsi mes fesses aussi rouges. Je me tais, il n’est plus l’heure de parler et faire la maligne. Mes fesses deviennent très sensibles et les claques se font de plus en plus sentir !!
 
 
 
Là une énorme bouffée d’angoisse me reprend et les larmes se mettent à couler, impossible de les retenir, j’ai encore plus honte de pleurer que de recevoir une fessée. J’essaie de me calmer, mais rien à faire, que vais-je dire à Educateur, j’ai bien le mot de passe mais n’ose pas l’utiliser. Mais son 6ème sens réagit et il se rend très vite compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas, il arrête, me prend le visage et m’assoit et me prend dans ses bras. Il est inquiet le pauvre, pensant avoir été trop loin pour cette première fessée de mon séjour. Je le rassure, je lui dis que je ne sais pas pourquoi je pleure mais bon avec l’angoisse que j’avais en arrivant, je pense qu’il fallait cela pour me libérer. Mais Educateur me gronde car il y a un mot de passe et que je dois apprendre à m’en servir pour éviter ce genre d’incidents. Il sait que c’est mon problème, je ne sais pas dire stop et cela pourrait m’entrainer trop loin par rapport à mes limites.
 
Là le jeu et la punition se sont arrêtés. Après qu’il m’ait consolée un petit moment, massée mes fesses avec de l’arnica, il était temps que je dorme un peu, trop d’émotions dans cette journée !! Et puis une longue journée de jeu nous attendait le lendemain.

Ce que j’en ai retenu de cette première fessée de mon séjour, est qu’effectivement le mot de passe est très important mais il faut surtout savoir s’en servir et ne pas avoir peur d’arrêter le jeu si nécessaire. Surtout qu’Educateur m’a expliqué que lorsque je dis le mot de passe, cela n’arrête pas le jeu mais le change en plus doux et de façon à ce que je le supporte. Le message était passé et sans en abuser quand même, j’ai ensuite su lui dire et Educateur a adapté le jeu immédiatement avec mes limites. J’en ai aussi retenu que même si on joue ensemble régulièrement, on n’est jamais à l’abri et qu’il est important de l’avoir prévu dès le début et de le rappeler régulièrement !!!

6 commentaires:

  1. Un grand moment d'émotion intense. Merci d'en avoir fait le récit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pouvoir pleurer, c'est déjà bien...
      Moi... Euh... Je pleure jamais. (enfin, sans ces moments là)

      Supprimer
    2. le tien suit mon cher Italo!!! et je l'ai même posté!!

      Supprimer
  2. ET ben j'aimerais ne pas pleurer si facilement!! je suis une grande émotive et dès que quelqu'un pleure, je pleure aussi!! c'est horrible!! j'ai horreur de cela!!!

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'aimerais pouvoir pleurer facilement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben moi pas, cela peut être handicapant parfois!!

      Supprimer