Bonjour à vous qui pénétrez sur mon blog Mi-ange/Mi-démon. Tout d’abord, pour les personnes âgées de moins de 18 ans, merci de cliquer sur la petite croix rouge en haut à droite et BYE.

Bon maintenant que nous sommes entre adultes, je vous laisse découvrir ce blog. J’ai la chance de jouer dans le monde de la fessée, avec deux hommes, un que j’appelle « mon chenapan » et un autre qui est mon Educateur. Si j’ai fait ce blog, c’est pour vous faire partager la complicité que je vis avec l’un comme avec l’autre.

Vous trouverez donc des récits de l’éducation de mon chenapan, de mon éducation par mon Educateur, de fessées que j’ai reçues ou données avec d’autres personnes. Il y a aussi des récits tirés de mon imagination comme un long récit sur la vie au pensionnat, Aline et Thierry et d’autres.

J’ai essayé de classer cela par sujet et que j’alimenterai régulièrement. J’espère que vous vous y retrouverez et aurez plaisir à y revenir. Merci pour votre visite et n’oubliez pas les commentaires, cela fait toujours plaisir.

mercredi 18 mai 2016

La vie dans le pensionnat ... 24ème épisode

La main tomba d’un coup sec, Chipinette sursauta face à la sévérité de la claque, le père éducateur était passé au niveau supérieur, il voulait la faire plier et il était persuadé qu’il y arriverait. Les claques se succèdent et la main passe d’une fesse à l’autre, les fesses de Chipinette brulent, piquent, s’enflamment et sont très rouges.

Le père s’arrête et observe son chef d’œuvre et semble satisfait. Il lui dit :
  • Vous êtes très courageuse mais je doute que vous le serez encore après ce qu’il vous attend tout à l’heure !! vous me supplierez d’arrêter, je vous le garantis ma petite !! vous allez morfler, je vous le promets.
Chipinette espère que l’évêque va venir car là elle sent la situation lui échapper, elle ne supportera jamais ce qu’il lui promet et elle refuse de le supplier.
Il la redresse puis la tourne vers lui. Il commence à lui retirer son chemisier ainsi que sa jupe ! Chipinette ne bronche pas car elle le soupçonne de vouloir lui en remettre une autre si elle fait le moindre mouvement. Elle ne lui donnera pas cette satisfaction. Elle se retrouve nue devant les deux religieux et ils s’exclament devant les fesses de Chipinette. Puis il prend la chemise de nuit et lui passe par la tête et relève l’arrière pour lui attacher en haut avec la pince à linge. Puis il la penche en avant et la mère tend au père un rosebud légèrement lubrifié. Il se penche par-dessus d’elle et la mère lui écarte les fesses. Il lui enfonce le rosebud dans l’anus. Chipinette se retient de crier de rage.
  • Allez Chipinette, direction le donjon pour tester votre résistance et votre provocation
Il la prend par la main quand soudain le téléphone sonne, il regarde la mère supérieure qui va répondre. Elle lui dit que c’est pour lui et lui propose de les rejoindre  au donjon. Il acquiesce de la tête.
  • Oui allo…………………… oui Monseigneur, entend Chipinette mais la mère la tire vers le couloir et elle ne peut pas entendre ce qu’ils se disent.
Ce n’était pas prévu que l’évêque appelle le père car cela signifie qu’il n’est pas là et sa punition va débuter.
Elles arrivent au donjon et toutes les élèves et religieuses sont déjà installées. A leur entrée, un silence plane sur l’assemblée, la mère guide Chipinette vers la croix et lui dit de ne pas bouger. Elle demande à deux religieuses de venir installer la punie sur la croix. Deux sœurs le font à contrecœur après avoir été menacée d’être à leur tour ensuite sur cette croix et Chipinette est ficelée comme un saucisson sur la croix.  
La mère va à la porte pour voir si le père arrive mais il n’est pas seul. L’évêque est avec lui. La mère va au devant d’eux pour que l’évêque ne rentre pas dans le donjon mais son regard est menaçant et la mère se pousse. Il rentre dans le donjon et observe la scène qui se déroule devant lui. Il s’approche de Chipinette et lui dit doucement :
  • C’est vous qui m’avez envoyé ce mail avec les photos et vidéos
  • Oui Monseigneur
  • Vous avez eu bien fait et je vous en remercie, lui dit-il en détachant la pince à linge et redescend la chemise de nuit de Chipinette puis en lui détachant les bras et les pieds. Je suppose que vous avez des idées de vengeance après ce que vous avez subi mais vous comprendrez que je ne peux pas vous laisser le père éducateur.
  • Oui je m’en doute et vous allez me dire que la vengeance est un péché.
  • Oui tout à fait mais je vais vous laisser la mère supérieure car elle est à l’origine de tout cela. C’est elle qui a écrit au père pour qu’il la rejoigne ainsi que le séminariste. Mais ne vous inquiétez pas, il sera sévèrement puni, pas comme vous le désireriez mais il le sera et je vous en fais la promesse.
  • Et on a le droit de punir la mère supérieure ?
  • Vous faites ce que vous voudrez et je vais le dire à toutes les élèves et religieuses, que voudriez vous lui faire ?
  • Je vois bien un truc du genre que chaque religieuse et élèves lui mettent 5 claques chacune avec l’instrument qu’elle désire ou bien la main. Qu’on l’attache nue sur une croix ou le banc à fessées et que chacune notre tour nous lui mettions 5 claques.
  • Excellente idée et ensuite demain matin, elle partira au couvent des religieuses où le Père Vers règne en maitre et remet les religieuses dans le droit chemin.
  • Il faut que vous sachiez que la mère a un œuf vibrant dans le vagin, lui dit Chipinette
  • Ah bon ? très bien, je vais vérifier cela
  • Ma mère approchez svp, lui dit l’évêque
La mère s’approche de l’évêque pas très rassurée. Il l’attrape par la main pour qu’elle se retourne, la fait se pencher en avant. Il demande au père et au séminariste d’approcher le banc à fessées et l’installe dessus. Il fait signe aux deux hommes d’attacher les pieds et les mains et lui attache le corps par une sangle pour qu’elle ne bouge pas.
  • Alors ma mère, cela vous fait quoi d’être dans cette position que vous imposez à vos élèves et religieuses ?
  • Svp Monseigneur, c’est une méprise, détachez moi, le supplie t’elle
  • Et vous, quand elles vous demandent de les détacher, vous le faites ?
  • ……
  • Je vois, vous ne le faites pas et votre perversité vous fait continuer, vous me décevez ma mère, vraiment vous me décevez, et je ne parle pas de vous mon Père.
  • Mais…
  • Ah taisez-vous, nous règlerons votre cas plus tard, lui dit-il et vous le séminariste, vous êtes quoi ? une victime ou un bourreau ?
  • Une victime, se dépêche t-il de dire, j’ai un rosebud vibrant dans l’anus que je ne peux pas retirer et j’ai du subir la toilette par la mère et la fessée aussi.
  • Très bien, donc nous verrons plus tard pour votre avenir. Alors mesdemoiselles, vous comprenez bien que je n’étais pas au courant de tout cela et c’est grâce à Chipinette et ses coupines que j’ai pu être informé. Pour le père Educateur, il va partir dès ce soir dans un monastère dirigé par un moine qui ne fait aucun cadeau aux religieux qui ont cassé leur vœu de chasteté. De plus dans ce monastère qui est sur une ile dans le nord, on ne parle pas, on dort les mains attachées au montant de lit et la journée, ils ont une cage de chasteté. Aucune jouissance n’est autorisée. Il vivra à la dure, juste le minimum pour vivre au niveau alimentation, il se lavera dans l’eau froide de la rivière le matin, debout 5h et couché 23h après ses taches, il va apprendre la vraie vie de monastère et va pouvoir se repentir de tous ce qu’il a fait, à vous et à beaucoup d’autres. Dites vous bien qu’une fessée par vous toutes, ce serait un pur bonheur pour lui à coté de ce qu’il l’attend. Pour la mère supérieure, qui vient de perdre son grade de mère supérieure et qui redevient une simple religieuse, chaque élève et chaque religieuse pourront choisir un instrument dans cette belle armoire au fond de la pièce ou la main comme vous le désirez et vous viendrez à tour de rôle, claquer 5 fois les fesses de cette religieuse. Elle ne pourra pas s’assoir pendant au moins une semaine. Puis dès demain elle partira dans un couvent où règne une discipline de fer.
  • Monseigneur, svp, pas cela, je vous promets que je vais redevenir la sœur que vous avez toujours connue
  • Je crois que vous avez toujours caché votre jeu et avez toujours été cette femme perverse et sadique. Et taisez-vous, je ne vous ai pas autorisée à parler. De plus, j’ai appris que vous avez des objets insolites dans votre sexe qui ne devraient en aucun cas y être.
  • Comment cela ? mais non pas du tout, répond la mère en essayant de se détacher de ce banc
  • Inutile de vous débattre, vous êtes très bien attachée. Je disais donc que vous avez des objets à des endroits et que je vais aller retirer.
L’évêque soulève les jupons de la robe de la mère, un silence plane sur la salle et un ohhhhhhhh collégial se fait entendre quand apparaissent les fesses de la mère. L’évêque se penche et voit apparaitre des petits cordons qui pendent du sexe de la mère. Il avance sa main et tire un peu sur les cordons mais rien ne se produit. En soulevant un peu plus le jupon, il aperçoit une culotte surprenante.
  • C’est une culotte de chasteté Monseigneur, lui dit le père
  • Une culotte de chasteté ? ah bon ? avec ce genre d’instruments dans ses orifices ?
  • Oui mon père, elle ne peut pas les retirer, je lui ai mis et je peux ainsi la faire jouir quand je le désire sans qu’elle puisse le contrôler
  • Intéressant, très intéressant, et bien puisque vous avez le feu aux fesses, je vais vous les laisser pendant votre magistrale fessée et les faire varier pour que vous puissiez apprécier votre dernier orgasme de votre vie
  • Oh non Monseigneur, pas cela, svp
  • Taisez-vous ou je vous fais bâillonner.

5 commentaires:

  1. Ah voici enfin un homme d'église vertueux...
    quoique...
    je me demande au fond, si cet évêque n'est pas encore plus pervers que le mère et la mère réunis!
    S'il te plaît, Chipinette, ne fais pas intervenir SS le pape! Je crains le pire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas du tout, un homme bon comme il en existe et au vu de la'vengeance attendue pour la mère superieure pourquoi déranger le Saint Père. Lol

      Supprimer
  2. Cette chipinette !... Une vraie terreur ;-)))

    RépondreSupprimer
  3. Oui Insolent mais seulement dans les récits sinon je suis la sagesse personnifiée comme tout le monde le sait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vi... une vraie Sainte-Nitouche, toi... ;-)))

      Supprimer