Bonjour à vous qui pénétrez sur mon blog Mi-ange/Mi-démon. Tout d’abord, pour les personnes âgées de moins de 18 ans, merci de cliquer sur la petite croix rouge en haut à droite et BYE.

Bon maintenant que nous sommes entre adultes, je vous laisse découvrir ce blog. J’ai la chance de jouer dans le monde de la fessée, avec deux hommes, un que j’appelle « mon chenapan » et un autre qui est mon Educateur. Si j’ai fait ce blog, c’est pour vous faire partager la complicité que je vis avec l’un comme avec l’autre.

Vous trouverez donc des récits de l’éducation de mon chenapan, de mon éducation par mon Educateur, de fessées que j’ai reçues ou données avec d’autres personnes. Il y a aussi des récits tirés de mon imagination comme un long récit sur la vie au pensionnat, Aline et Thierry et d’autres.

J’ai essayé de classer cela par sujet et que j’alimenterai régulièrement. J’espère que vous vous y retrouverez et aurez plaisir à y revenir. Merci pour votre visite et n’oubliez pas les commentaires, cela fait toujours plaisir.

mercredi 10 juillet 2013

Panne d'EDF... fin


-          Alors qu’as-tu oublié de noter ? lui demande t-il en reprenant les claques tantôt sur une fesse, tantôt sur l’autre ou tantôt deux sur l’une et deux sur l’autre


-          Tu me fais mal Thierry, je ne vois pas quoi d’autres

-          Je vais te donner un indice, tu n’aurais pas oublié de poster un courrier il y a environ un mois ?

-          Quel courrier ? celui de la demande de prélèvements ?

-          Oui par exemple ? tu l’as mise où ?

-          Je l’ai postée, dit Aline sentant qu’il connaissait la vérité mais ne se résout pas à lui dire

-          Tu l’as postée ? pas de souci, à ce rythme là, tu ne pourras pas t’asseoir avant plusieurs jours

-          Mais je te dis que je l’ai postée, s’énerve Aline

-          Parfait. On va donc continuer sur la chaise, je suis sure que tu vas être plus bavarde
Il lui prend la main, la relève de la table, se dirige vers sa chaise et s’y assoit. Aline résiste et bascule d’un mouvement sec sur les genoux de Thierry. Il pose le pied gauche sur un petit tabouret bas pour qu’Aline ait les fesses bien hautes et qu’elle soit en déséquilibre sur ses genoux. Cela l’empêchera de bouger au risque de tomber. Il passe par-dessus les jambes d’Aline sa jambe droite et ainsi la bloque, il connait la chipie, et sait qu’elle peut se débattre et lui donner des coups de pieds. Il passe son bras gauche par-dessus le dos et l’enroule pour bien la maintenir. Ainsi tenue, elle n’a pas de choix que de plus bouger.

-          Alors comme tu peux le voir, tu ne peux pas t’échapper et je te promets que tu vas avouer que tu m’as menti, et tu sais que je déteste les mensonges

-          Mais non, où j’ai menti ? donne-moi des preuves.

-          Alors je vais lever le mystère, j’ai appelé EDF hier soir et la charmante personne m’a répondu qu’elle n’avait pas la demande de prélèvements

-          Ah bon, et ils l’ont peut-être égarée

-          Mais bien sur, donc je vais te fesser longuement et je suis sure que tu vas te rappeler qu’il est encore dans ton sac à main à un moment ou un autre

-          N’importe quoi

-          Aline, tu aggraves ton cas
Thierry commence à la fesser, ses claques sont d’intensité modérée car il connait sa chipie, il sait qu’elle ne va pas lâcher de suite, elle va lui tenir tête longtemps. Il claque avec un tempo régulier, à gauche, à droite, parfois au milieu, il varie sur le lieu, tantôt sur le bas des fesses, tantôt vers le haut. Il claque et il claque. Il varie aussi la puissance de frappe, il frappe parfois sèchement avec le bout des doigts, et là elle bouge et dit des aieee ou ouilleee et parfois des claques plus pleines avec toute la surface de la main. Les fesses d’Aline prennent une jolie teinte bien rosée. Il la fesse en silence, elle sait ce qu’il attend et il ne l’aidera pas. Il sait qu’elle a du mal à rompre le silence quand elle est ainsi. Mais là elle a abusé de sa patience et il ne fera pas le premier pas, il la fessera jusqu’à ce qu’elle avoue ses mensonges. Même si cela dure une heure.

Il décide que le dernier rempart doit sauter, elle déteste qu’il lui baisse sa culotte, elle a honte. Il passe les doigts dans les élastiques de la culotte et la baisse doucement, très doucement pour lui faire encore plus honte. Elle se débat et essaie de l’en empêcher mais sa position la déstabilise et elle doit reposer de suite les mains au sol pour ne pas basculer. Thierry la tient bien mais elle n’en est pas consciente. Elle essaie de taper des pieds mais elle ne peut pas, elle commence à crier qu’il doit arrêter cela immédiatement, qu’elle se vengera, mais Thierry a repris de plus belle la fessée et les claques sont sonores et bien claquantes. Il s’en donne à cœur joie sur les fesses d’Aline. Il considère qu’elle n’a que ce qu’elle mérite. Il claque, il claque, il claque… il sent qu’elle commence à capituler, il ne relâche pas ses efforts. Il commence à avoir un peu mal à la main, elle chauffe bien, mais les fesses d’Aline aussi. Elles sont maintenant très rouges et très chaudes.

-          C’est bon Thierry, stp, arrête, j’ai compris la leçon, j’aurais du t’appeler et te dire ce qu’il se passait, stp

-          Oh mais dis donc tu es très polie maintenant, lui fait-il remarquer

-          Oui j’avoue j’ai commis une erreur, stp, j’ai compris

-          Je ne crois pas, tu essaie de m’endormir avec tes soi-disant excuses

-          Mais non, que veux tu que je te dise d’autres ?

-          Où est la lettre ?

-         

-          Voilà j’ai raison, tu continues à me mentir, dit-il en reprenant de plus belle la fessée.
Il augmente la cadence et la sévérité, il sait qu’elle va bientôt lâcher et il veut qu’elle se rappelle de cette fessée très longtemps. Les fesses d’Aline sont de plus en plus souples, il a une vue superbe sur son sexe, elle ne se rend pas compte qu’elle a écarté les cuisses. Il est tenté d’aller la caresser mais il n’en fera rien. C’est une punition, il veut qu’elle comprenne qu’elle ne peut pas tout faire avec lui.

Il sent son ventre se secouer, elle pleure, il ne se laissera pas impressionner par ses larmes, il continuera jusqu’à ce qu’elle lui dise la vérité. Il décide de lui faire une minute de claques fortes pour la faire entièrement lâcher. Il lui annonce qu’il allait augmenter la cadence par une minute de claques fortes jusqu’à ce qu’elle lui dise la vérité.

-          Non stp, arrête, j’ai mal

-          C’est nouveau, je ne savais pas qu’une fessée devait faire du bien

-          Tu es trop sévère, dit-elle en sanglotant

-          Apparemment pas assez car tu continues à me mentir, lui rétorque t-il
Thierry prend son portable dans sa poche et déclenche le chronomètre à une minute et l’annonce à Aline. Puis il commence à claquer bien fortement. Aline bouge, pleure, et lui dit stop, qu’elle va lui dire la vérité. Thierry ne lâche pas et tient la minute annoncée. Il pose la main sur les fesses d’Aline. Et lui dit

-          Alors j’écoute, qu’as-tu à me dire ?

-          Tu as raison, j’ai oublié d’envoyer la lettre, je l’ai retrouvée dans mon sac à main hier quand j’ai compris qu’on nous avait coupé le courant.

-          Et ben, dommage qu’il est fallu attendre tant de temps avant que tu n’avoues ta faute

-          Mais tu ne m’as pas aidé, se lamente t-elle

-          Non, tu dois apprendre seule à assumer tes bêtises et surtout les reconnaitre. Tu sais qu’il te reste 50 claques encore à recevoir

-          Oh non, pitié pas cela, j’ai les fesses qui brulent

-          Oui je le vois. Je te fais un marché, je t’en donne encore 10 et tu vas 15 minutes au coin pour réfléchir à ce qu’il vient de se passer et j’attends ensuite des excuses

-          Que le coin, pas les claques

-          Si les 10 claques pour finir et tu les comptes

-          Bon d’accord
Aline se sent mieux d’avoir enfin dit la vérité, elle sait que son comportement a aggravé un simple oubli. Elle commence à compter les 10 dernières claques, Thierry claque fort pour qu’elle comprenne bien la leçon. 1, 2 , 3…..7, 8, 9 et 10. Il pose sa main sur ses fesses et lui dit :

-          Tu vas au coin, tu me dis tes excuses, ensuite tu iras t’allonger sur le lit pour que je te mette de la crème. Et ensuite nous déjeunerons car j’ai vu que tu avais apporté des croissants. Tu ne croyais quand même pas échapper à cette fessée avec des croissants

-          Euhh, ben si, lui dit Aline toute penaude

-          Ma petite Aline, tu as encore beaucoup de choses à apprendre sur moi
Aline se dirige toute seule au coin, la culotte aux pieds, elle met ses mains derrière le dos. Thierry admire les belles fesses d’Aline très rouges. Il ne l’a pas loupé et elle va avoir du mal à s’assoir les heures qui vont suivre. Il espère que cela va lui servir de leçon. Les excuses suivent le coin, même si Thierry sait qu’elles ne sont que provisoires, car elle aura oublié dans quelques jours et qu’elle recommencera à la moindre occasion. Mais il sait qu’il n’est pas prêt d’arrêter de la fesser, ce qui aime beaucoup !!

4 commentaires:

  1. Je trouve ton récit super Chipinette .
    Il me plait beaucoup .
    Bravo .

    RépondreSupprimer
  2. Ben voilà ce qui arrive aux distraites lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et oui!!!! mais nous on n'est pas comme cela!! lol!!

      Supprimer